DRAGON
CHINASTRAL * Astrologie chinoise * Yi- King * Feng Shui
DRAGON

Page d'Accueil
Yi - King
Feng Shui
Contes et Légendes



Lettre ouverte aux sceptiques de l'Astrologie.


La plupart des gens qui ne croient pas à l'astrologie sont pourtant convaincus de l'influence de la pleine lune sur notre comportement.

Si on leur fait remarquer qu'il y a là une contradiction, ils répondent que "ce n'est pas la même chose avec la Lune" sans pouvoir l'expliquer mieux.

Ils oublient, souvent inconsciemment, que les phases de la Lune n'existent en fait que grâce à un second astre qui n'est autre que le Soleil.

Les différentes phases de notre satellite permettent de prévoir à l'avance les périodes de surcroît d'activité des jours de pleine lune qui provoquent aussi plus d'accidents comme les services de secours le savent hélas bien.

Or ce genre de prédictions, que seuls les distraits contestent, correspond exactement à la définition que donne le dictionnaire Larousse du mot "Astrologie : Art de prédire les événements d'après l'inspection des astres."

En tout état de cause cela démontre que le Soleil et la Lune, selon leurs positions, influencent effectivement notre humeur et nos réactions.


D'autre part, depuis quelques années maintenant Jupiter, la plus grosse planète du système solaire, est également fortement soupçonnée d'avoir une influence physique sur la Terre.

Ceci, par l'intermédiaire du Soleil, en générant par cycles l'apparition de tâches solaires dont l'une des conséquences visibles est l'inversion d'un très grand courant, véritable fleuve de l'océan Atlantique.

Ce phénomène est plus connu sous le nom donné à ce courant marin inversé: "El Ninio".

Dans ces conditions, pourquoi la Lune, le Soleil et Jupiter seraient-ils les seuls à exercer une influence qui se ferait sentir sur Terre?


Les astrologues, comme les astronomes ou astrophysiciens sont loin de tout connaître de l'univers; la planète Pluton n'a été aperçue par un télescope qu'en 1930 et l'on ne sait toujours pas grand chose des trous noirs des galaxies.

Malgré cela, l'astrologie existait bien avant que toutes les planètes de notre système solaire soient découvertes.

Elle fonctionnait donc avec un nombre restreint d'astres qui augmentait au fur et à mesure des découvertes et selon un cycle qui dépendait toujours de la succession des saisons sur Terre avant tout.


En astrologie, pour matérialiser ce cycle des saisons, une grille de 12 signes avec des cases de dimensions identiques a ainsi été projetée sur certaines constellations d'étoiles afin de pouvoir déterminer comment situer les mouvements des différentes planètes de notre système solaire sur la voûte céleste.

A l'époque de la création du Zodiaque, chaque case s'est vue attribuer le nom de la constellation d'étoiles qu'elle contenait.

Mais ces cases, puisqu'elles sont commandées par le cycle des saisons sur la Terre et non pas fixées par les constellations en question, auraient tout aussi bien pu se voir attribué des noms tels que case de la fin du printemps, case du début de l'automne, case du milieu de l'hiver.

Et ainsi de suite à raison de 3 cases par saison, le résultat, bien que moins joli, aurait été exactement le même.


Le Zodiaque qu'il soit sidéral ou astrologique ne couvre pas la totalité de la sphère céleste et il est très loin de contenir toutes les constellations de la voûte céleste puisqu'il ne représente en fait qu'une bande circulaire relativement étroite.

Le Zodiaque astrologique n'est qu'une grille qui ne tient pas compte de l'influence des constellations d'étoiles et qui a été élaboré pour avoir sa propre symbolique en fonction des saisons et son point de départ (Bélier astrologique) calé sur le point vernal qui lui se déplace sur le Zodiaque sidéral.

Après l'ère des Poissons, nous entrerons bientôt dans l'ère du Verseau.
Le Bélier du Zodiaque astrologique déterminé par nos saisons aura alors son point de départ sous la constellation du Verseau.

Ainsi cela n'aura aucun impact astrologique sur notre première "case du début du printemps" (ou Bélier astrologique).

Pour cette raison, rien ne changera dans les caractéristiques des planètes qui constituent le système solaire puisque le Zodiaque sidéral n'a pas d'influence propre.

Seules comptent les caractéristiques de chacune des douze cases du Zodiaque astrologique calé sur le point vernal qui marque le début du printemps.


En ce qui concernent les étoiles hors de notre système solaire, les influences qu'elles peuvent avoir individuellement sont dans l'ensemble, assez mal connues d'une part et, d'autre part, elles sont très peu à se trouver "reconnues" en astrologie.

Mais pour traduire ce qui se passe dans le ciel, il suffit de considérer les étoiles comme des astres mobiles qui se déplacent sur notre Zodiaque astrologique.

Ainsi, une étoile appartenant à la constellation des Poissons exercera aujourd'hui son influence dans la case du Zodiaque astrologique du Bélier (Ou dans notre "case du début du printemps").

Ce décalage, imprévu lors de la création de l'astrologie mais sans conséquence véritable, peut donc être tout simplement considéré comme un cycle astrologique supplémentaire.


Des "scientifiques" dénigrent très souvent l'astrologie en raison de cette précession des équinoxes en prétendant que les astrologues travaillent aujourd'hui sur des données fausses puisque le Zodiaque astrologique ne correspond plus aux constellations d'étoiles et ils se buttent avec cette idée sans chercher à aller plus loin.

Puisqu'ils semblent y tenir, qu'ils tentent donc de faire de l'astrologie en se basant sur le Zodiaque sidéral et ils réaliseront très vite par comparaison que cela marche beaucoup moins bien qu'avec le Zodiaque astrologique.

Cela leur permettra peut-être ainsi de reconnaître l'astrologie en empruntant un chemin détourné.

En tout cas leurs pauvres arguments démontre simplement que ces "savants" sont des profanes en astrologie et qu'ils ne se sont pas donnés la peine d'aller au fond des choses avant de sauter aux conclusions.

Dans le cas contraire, ils se seraient très vite rendu compte de façon scientifique que les caractéristiques des signes et ascendants en astrologie occidentale se retrouvent dans une large proportion chez les natifs concernés et que cela ne pouvait pas être le fait du hasard.

Quant à l'astrologie chinoise, beaucoup plus événementielle que l'astrologie occidentale, elle leur réserve des surprises encore plus grandes si un jour ils osent l'aborder sérieusement.

En tout cas que les sceptiques de tous bords, même s'ils sont savants, astronomes, astrophysiciens ou encore astrologues fanatiques de "leur seule astrologie" veuillent bien se souvenir que personne ne connaît tout et qu'ils ne doivent pas se permettre de porter de jugement s'ils ne connaissent pas très bien le sujet dont ils parlent, qu'il s'agisse d'astrologie ou bien d'autre chose d'ailleurs...