DRAGON
CHINASTRAL * Astrologie chinoise * Yi- King * Feng Shui
DRAGON

Astrologie
Yi - King
Feng Shui
Hits Chinois


Les Iles des Immortels


PARTIE I

Dans l'océan sans fin, des milliers et des milliers de fleuves se jettent jour et nuit. On dit que même l'eau de la Voie Lactée se déverse dans la mer. Pourtant, les eaux de la mer n'augmentent ni ne diminuent. L'océan n'est jamais à sec ni jamais comblé. Pour quelle raison ?

Une légende raconte que dans le fond de la mer, à des milliers de "li" à l'est de la mer Bohai, s'ouvre un gouffre immense nommé Guixu, qui signifie le "lieu du retour". Les eaux de la mer s'y précipitent au même rythme que les eaux des fleuves en son sein , et l'océan n'est ainsi jamais comblé.

Non loin de ce gouffre flottaient cinq îles montagneuses: Daiyu, Yuanqiao, Fanghu, Yingzhou et Penglai. C'était le îles des Immortels.

Les montagnes étaient si hautes que pour en atteindre le sommet, il fallait marcher 30 000 "li". Chaque sommet était surmonté d'un grand plateau d'un périmètre de 9 000 "li". Les cinq îles s'alignaient dans la mer, distantes chacune de 70 000"li". De loin on pouvait les voir apparaître et disparaître dans les volutes des "nuages de bon augure" qui entouraient les îles.

Par temps clair, on distinguait parfois de magnifiques pavillons et de somptueux Palais où vivaient les Immortels. Tous les pavillons et Palais étaient en or ou en jade; tous les oiseaux et les animaux insulaires étaient d'une blancheur immaculée.

Dans les montagnes poussaient des fleurs et des fruits rares. L'arbre des Merveilles, notamment, donnait des fruits particulièrement savoureux qui rendaient immortel celui qui en mangeait. Les Immortels qui habitaient là étaient les descendants de l'Empereur Céleste. Ils pouvaient se déplacer dans les airs à la vitesse du vent.

La distance entre les cinq îles ne présentait aucune difficulté pour eux. En un jour, ils pouvaient couvrir plusieurs fois le trajet de 70 000 "li" séparant les îles.

Cependant, bien que ces montagnes fussent très grandes, elles n'avaient aucun appui et flottaient au gré des flots comme cinq grands radeaux. Cela inquiétait beaucoup nos immortels qui craignaient de dériver vers l'Extrême-Occident, une région froide et sombre, où il n'y avait ni soleil ni lune. Seul un vieux Dragon tenant une bougie dans sa bouche hantait les lieux. On comprend aisément leur angoisse.

Un jour, ils s'en plaignirent à l'Empereur Céleste. Après avoir écouté leurs doléances, celui-ci ordonna à son ministre Yu Jiang, le génie des mers, de résoudre le problème...


PARTIE II

Yu Jiang envoya cinq tortues géantes porter les montagnes et les immobiliser. Pour leur éviter une fatigue et un ennui excessif, il les divisa en trois équipes de 15 tortues, chaque équipe travaillant 60 000 ans.

Cela ne faisait pas vraiment leur affaire, mais c'était un ordre de l'Empereur Céleste, et elles furent obligées de s'exécuter. Immobiles, elles portèrent les montagnes qui, dès lors, se fixèrent solidement dans la mer. Vent et vagues ne purent les déplacer et les immortels se sentirent plus en sécurité.

Mais, dans la vie des immortels comme dans celle des hommes, survient parfois l'imprévu. A 46 000 "li" des rives de la mer orientale se dressait le mont Pogu, au pied duquel s'étendait le pays des Dragons. Les habitants de ce pays avaient tous la taille d'un grand arbre.

Chaque jour, ils capturaient de grands poissons et des tortues géantes pour se nourrir. Un jour, quelques géants qui pêchaient au bord de la mer virent au loin les tortues géantes surnager, la tête hors de l'eau. Ils traversèrent à gué la distance qui les séparaient des tortues et lancèrent leurs lignes.

Les tortues, qui portaient de lourdes montagnes et n'avaient pas mangé depuis plusieurs milliers d'années, avaient grand faim. Deux d'entre elles ouvrirent toute grande leur bouche et avalèrent avidemment les appâts. Prises au piège, elles furent tirées sur la plage, laissant les deux montagnes partir à la dérive.

Les géants en firent un excellent repas. Avec les os, ils firent des jetons de calcul; avec les carapaces, ils fabriquèrent des abris pour se protéger du vent et de la pluie.

C'est alors qu'arriva la catastrophe. les deux îles Daiyu et Yuanqiao, à la merci des vents et des courants, dérivèrent jusqu'en Extrême-Occident et tombèrent dans le gouffre sombre de Guixu.

Lorsque l'Empereur Céleste apprit la nouvelle, il entra dans une colère noire. Pour punir les géants, il diminua leur territoire et réduisit leur taille. Néanmoins, bien qu'ils fussent plus petits qu'auparavant, ils mesuraient encore quelques mètres; mais ils ne pouvaient plus pêcher de tortues géantes.

Dès lors, il ne resta plus que trois îles : Fanghu, Yingzhou et Penglai...


PARTIE III

A l'époque des Royaumes combattants (475 - 221 avant notre ère), les souverains des états de Qi et Yan entendirent parler des fruits d'immortalité poussant dans les îles des Immortels. Ces rois avides jouissaient déjà de toutes les richesses du monde extorquées au peuple; il ne leur manquait que la certitude d'en jouir indéfiniment.

Ils firent fabriquer des centaines de bateaux et envoyèrent des explorateurs à la recherche des îles des Immortels. Mais aucun bateau ne revint. Au dire de quelques survivants, ils avaient bien aperçu au loin les trois îles alignées sur la mer comme trois nuages blancs, mais quand ils s'en étaient approchés, elles avaient brusquement disparu.

Des vents violents les avaient obligés à rebrousser chemin. Nul ne saura jamais si ces témoignages sont authentiques. Toujours est-il que les rois se succédèrent et moururent les uns après les autres.

L'Empereur Shihuangdi des Quin, après avoir unifié la Chine en 221 avant notre ère, voulut lui aussi jouir éternellement de sa vieillesse. Il envoya ses intendants dans la région des monts Huiji, près de Hangzhou, organiser des dizaines de milliers de travailleurs dans la construction de milliers de bateaux.

De tous les navires qui furent envoyés à la recherche des fruits d'immortalité, aucun ne revint. L'Empereur Shi Huangdi, maître de la Chine, qui croyait que rien qui existât dans le monde ne pût lui appartenir, mourut à son heure, comme le commun des mortels.

Sous le règne de l'Empereur Wu Di des Han, un devin nommé Li Shaojun confia un jour à son souverain qu'au cours de l'un de ses voyages en mer, il avait vu un Immortel nommé An Qisheng manger une sorte de jujube, qui devait être le fameux fruit d'immortalité. Aussitôt, l'Empereur ordonna de construire des bateaux et de les envoyer à la recherche de ce fruit.

Mais le temps passa, et aucun ne revint. A cette époque, de nombreux prétendus devins n'étaient que des escrocs; ils passaient leur temps à raconter des boniments pour extorquer l'argent des Rois.

Ainsi les légendes foisonnent-elles sur ces fameuses îles des Immortels, sans que jamais personne ait pu prouver leur existence.

Fin de cette Histoire.

A Suivre : La Caverne du Singe